bandeau
 
SOTTA. FIGARI
 
 

Les préparatifs des hommes de la région de Sotta pour les combats de L'Usciolu
(Rapport rédigé le 15.09.1943 par Quilichini)

Le responsable militaire du Comité d'arrondissement de Sartène (F.M.), le 10 septembre, apporta l'ordre de tirer sur les Allemands. Après nouvelle étude, il fut décidé que les patriotes de Sotta s'installeraient sur la route stratégique [Sotta-Lévie] afin de s'opposer dans la possibilité de leurs moyens à tout mouvement allemand entre Lévie et la plaine de Porto-Vecchio-Figari. L'ordre fut donné à tous les chefs de village de se concentrer avec leurs hommes au hameau de Borivoli le 11 au soir. L'effectif fut de 75 hommes.

Les forces de la Résistance gagnèrent, le 12 à 14 heures, la route stratégique (...) par la montagne afin d'éviter toute surprise. Après avoir choisi les emplacements le positionnement ne pu se terminer que très tard dans la soirée du 12 à cause de la perturbation du fait d'un avion de reconnaissance allemand qui survola la région jusqu'à 18 heures (...).

Les forces patriotes s'installèrent comme suit : 1/3 de l'effectif en avant-poste sur un éperon rocheux à 150 m. du tunnel (face à la mer), le gros de l'effectif [noyau de résistance] sur les rochers et les broussailles dominant le tunnel; et un dernier [Groupe en arrière du tunnel] du Génie mobile entre le tunnel et Radice.

Moyens : mitraillettes, fusils pris aux Italiens, 3 F.M., une mitrailleuse et une petite quantité d'explosifs.
Missions de l'avant-poste : laisser passer jusqu'à l'entrée du tunnel, puis prendre en embuscade (...) les faibles colonnes. Tirer sur le reste du convoi dans le cas où celui-ci serait en défaut dès l'ouverture du feu par le noyau de résistance.

Mission du noyau de Résistance : reconnaître les éléments qui se présentent et ouvrir le feu aux ordres du Commandant de la résistance.
Groupe en arrière du tunnel : tirer sur les éléments qui réussissent à dépasser le tunnel.
Travaux effectués : 2 barrages avec mines.

 

Rapport sur les opérations militaires réalisées par le groupe de Figari
(Rapport du responsable militaire)

Aussitôt l'alerte donnée, le 10 septembre à 12 heures, distribution d'armes. A 15 heures, les groupes de patriotes ont pris position aux endroits prévus : Scopetto (pour les groupes [des hameaux] de Tivarello, Ogliastrello et Tarabucetto) et Canella pour les groupes [des hameaux] de Poggiale et San Gavino).
Les groupes avaient pour mission d'intercepter les petits détachements mais n'eurent pas l'occasion d'intervenir.
Le 15 septembre à 10 heures, un groupe de 4 patriotes attaque un camion allemand entre le pont de Figari et le carrefour de Scopetto. Perte ennemie : 6 tués et de nombreux blessés ;aucun perte pour les patriotes.
Le 17 septembre, les groupes défendant le tunnel [de l'Usciolu] de la route stratégique [Sotta-Levie] demandent des renforts. une trentaine d'hommes se sont portés à leur secours. ils n'eurent pas l'occasion d'engager d'action, le groupes [ayant] perdu le contact avec l'ennemi.
Le 19 septembre, le lieutenant Wilmot-Roussel, commandant deux groupes de la 1ère section de la 2ème compagnie du Bataillon de Choc, demande des volontaires pour tenter nu coup de main sur Sotta occupé par les Allemands. 17 patriotes répondent à l'appel et dans la nuit du 19 au 20 septembre se rendent avec les éléments du Choc sur les positions prévues.
A l'aube on passe à l'action. Nos homes se trouvent aux prises avec l'ennemi, très supérieur en nombre ; l'effectif [allemand] indiqué par les renseignements étant plus important qu'on ne l'avait supposé.
L'affaire est chaude. Les Allemands ouvrent un feu nourri de tous côtés. Les éléments du Choc et nos patriotes se battent vaillamment, utilisant le terrain pour se retirer en on ordre. Durant l'engagement, le patriote Marcellesi Lillus âgé de 26 ans, est mortellement atteint d'une balle et succombe à l'hôpital de Sainte-Marie de Sicché le 22 septembre. Il fut héroïque dans le combat et dans la mort. Avant de rendre le denier soupir, il a dit à plusieurs reprises "Vive la France" à ceux qui se trouvaient à son chevet et ne particulier à sa mère anxieusement penchée sur son fils mourant. (...)

 

 

 
fleche_av_blancALTA ROCCA
 
femme
 
transport_chariot
 
prisonniers