bandeau
 
CARBINI et SAN GAVINO di CARBINI
             


CARBINI

Effectifs engagés :
Patriotes du Front National de Carbini sous les ordres du Lieutenant Cucchi, soit :
25 hommes armés de deux F.M., 16 mitraillettes, 30 grenades.
30 hommes constitués en équipes de pionniers, armés de fusils de chasse et de 10 grenades.
Missions : Action retardatrice et harcèlement par tous les moyens (feux et barrages)

9 septembre 1943
12 heures - convocation par le comité d'arrondissement des responsables militaires du P.C. du secteur. Réception des ordres d'attaque. Retour au P.C. du secteur à 21 heures, convocation des chefs de groupe, commentaire des ordres reçus.
10 septembre 1943
5 heures : rassemblement de tout le personnel, distribution des armes et des outils. De 6 à 11 heures, travaux d'installation des postes de combat et des barrages (...).
Vers 12 h. 15, Un convoi allemand composé de 5 camions, 1 voiture de liaison et un side car -30 hommes environ- se présente à nous, au premier barrage en venant de Levie.

.... Après avoir essuyé quelques rafales du 1er F.M. (groupe François Cucchi), le convoi a pu forcer le premier barrage à cause de l'enrayage du F.M. Le poste a du se replier.
Au deuxième barrage, le convoi a été stoppé par le feu du 2ème F.M. (Lt Cucchi, patriotes Tomasini et Lovichi) et des fusils de chasse (patriote Salvini). L'ennemi a riposté avec 2 F.M., des mitraillettes et des fusils Mauser. Le duel a duré jusqu'à 14 h. 15 environ. Voyant qu'il ne pouvait nous atteindre, l'ennemi a rebroussé chemin après avoir dirigé le feu de toutes ses armes sur [le hameau] de Radici. Le 1er poste de F.M. [groupe François Cucchi] s'étant ressaisi, il a pris à revers le convoi et l'a tenu pendant dix minutes sous un feu nourri, [avant qu'il ne se retranche sur le plateau de Carbini, à 250 mètre du village. Bilan : chez les Allemands, 4 morts 3 blessés et matériel sérieusement atteint ; aucune perte chez les patriotes.
11 septembre. Continuation des travaux de fortification du secteur. Dans l'après-midi, le lieutenant Cucchi et les patriotes Salvini et Marcellesi font une reconnaissance sur le retranchement allemand. Ce dernier a organisé sa résistance en bordure du plateau de Carbini en utilisant les abris naturels des murettes et des tranchées existants depuis 1940. Les Allemands, 25 hommes, sont armés de: : 1 mortier, 5 armes automatiques F.M. et des mitraillettes.
Vers 15 heures, le détachement allemand pousse une reconnaissance (side-car) sur la route Carbini-Levie. Au lieudit Fontanella, après avoir essuyé le feu d'un groupe de patriotes embusqués, il rebrousse chemin et rejoint le détachement.

 


12 septembre. Surveillance et patrouilles dans les environs du secteur. Vers 10 heures, le Lt Cucchi demande un entretien avec l'Allemand commandant le convoi cerné à Carbini. Il avait promis sa réponse pour 18 heures.  Celle-ci parvint par l'intermédiaire d'un des deux otages qu'il détenait : négative. L'officier quand il sera prisonnier des Résistants quelques heures plus tard, expliquera que lui était Autrichien et qu'il aurait accepté de se rendre mais que ses subordonnés SS ne le voulaient pas.
13 septembre. Le convoi allemand a été fait prisonnier par un détachement composé de patriotes de Lévie et de militaires italiens. Les otages ont été libérés.

14 septembre. Le lieutenant Cucchi du col de Bacino passe la direction de la défense au sergent chef Salvini Mathieu et donne toutes instructions utiles pour la résistance du secteur Sartène Figari contre un éventuel retour offensif de l'ennemi. Lui, Cucchi, prend la responsabilité militaire du G.A. de Sartène.
15 septembre. A 7 h. 45, nous apprenons que les Allemands venant de Porto-Vecchio, Sotta et Figari opèrent un mouvement sur la route stratégique vers la montagne. Un autre combat commence.

Texte établi à partir du rapport du sergent Cucchi.

SAN GAVINO DI CARBINI

Le 10 septembre, destruction totale d'un convoi de sept véhicules sur la route en lacets qui serpente entre Zonza et San Gavino (tournant de Checa) et attaque un second convoi entre Levie et San Gavino (à Couchocano) dont deux voitures sont détruites. Les autres poursuivent leur route et mitraillent le village au passage, faisant deux morts : Don Georges Nicolaï et Placide Neri.
Le lendemain, les deux responsables du Front National, Marcel Nicolaï et Don Jacques Martinetti, revenant de Sartène à moto avec l'ordre de faire sauter le pont de Zonza, tombent sur une forte colonne ennemie à 500 mètres du village. Ils sont fusillés sur place, à la hauteur du cimetière, leurs corps arrosés d’essence et brûlés.
Les patriotes les vengent en attaquant farouchement le convoi (vingt-six camions et chenillettes).
Les quatre-vingts patriotes du village, contrairement à la pratique habituelle de la guérilla, se mesurent avec l’ennemi dans la petite plaine de Ciniccia en un furieux combat à découvert: mitraillettes et fusils de chasse contre les fusils-mitrailleurs des voitures blindées. Deux camions et une voiturette restent sur le bord du chemin. Les Allemands emportent leurs nombreux morts.
Le lendemain, César Lanfranchi prend le commandement en remplacement de Don Jacques Martinetti, tué par l'ennemi, et emmène un groupe à l'attaque de Zonza.
Le 14, sous l'impulsion du commandant Pietri, cinq groupes de patriotes san-gavinais participent à la libération définitive de Quenza.
Sur le territoire de la commune, l’ennemi a perdu quatre-vingt-douze officiers et soldats.

fleche_av_blancALTA ROCCA
groupe_san_gavino

Beretti Jean-André. Nicoli. Stromboni Antoine. Beretti Pascal. De Paoletti Jacques. Culioli Angelin dit ???. Mondoloni André (boucher ?). Colombini Nono. Beretti Noël. Ghirardi François Jean. Beretti Noël. Luciani Louis. Lanfranchi Paul. Filippi François. Pietri Michel dit ???. Pietri Baptiste dit ???. Beretti François dit ???. Beretti Don Jean dit ???. Beretti AntoineMichel dit ???